Les USA, à contre-courant: prolonge la durée de vie de ses centrales nucléaires à 80 ans, tandis que la France veut les réduire et l’Espagne les fermer

En ce qui concerne l’énergie nucléaire, certaines personnes déforment le geste (et la série de Tchernobyl n’aide pas), parmi elles, la ministre par intérim de la transition écologique, Teresa Ribera, qui lui a déclaré la guerre malgré son énergie propre! Mais il ne faut pas oublier qu’il y a 450 réacteurs nucléaires dans le monde et peu d’accidents (le dernier était à Fukushima, au Japon, le 11 mars 2011). Parmi ses défenseurs se trouvent les États-Unis, qui prolongent la durée de vie de ses usines à 80 ans, tandis que la France souhaite réduire son poids et l’Espagne, comme ils le savent bien, les fermer.

Commençons par le pays que Donald Trump dirige. Il y a un peu plus d’une semaine, Ho Nieh, directeur du directeur de l’Office of Nuclear Reactor Regulation (NRR) – une organisation homologue à notre Nuclear Safety Council (CSN) -, a déclaré que «la grande majorité des centrales américaines ont autorisation d’exploiter pendant 60 ans », notamment 90 des 98 qui existent – dont 49 ont déjà plus de 40 ans -. Cette semaine, cependant, une nouvelle étape a été franchie: la Nuclear Regulatory Commission (NRC) des États-Unis a décidé de prolonger la durée de vie de ses centrales à 80 ans et traite déjà les demandes de 17 entreprises (dont Duke Energy )

Aux États-Unis, la moitié des usines ont plus de 40 ans, toutes pourraient en travailler 60 et maintenant leur durée de vie sera portée à 80
Nous traversons l’océan Atlantique et le premier arrêt est la France, le pays au monde où l’énergie nucléaire fournit le plus d’électricité (71,67% en 2018). Cependant, le gouvernement dirigé par Emmanuel Macron semble avoir attrapé un peu du “ virus Greta Thunberg ” et veut réduire ce quota à 50% d’ici 2035, en même temps qu’il augmentera celui du vent et du solaire à 45% , pariant ainsi sur le binôme nucléaire-renouvelable. Cette décision entraînera la fermeture de 14 des 58 réacteurs dont il dispose actuellement (auxquels s’ajoute un en construction, celui de Flamanville, qui cumule retards et dépassements de coûts) dans les 17 prochaines années: ceux de Fessenheim seront les premiers, puisqu’ils lanceront le clé au printemps 2020.

Et enfin, nous arrivons en Espagne, où Ribera a décrété la fermeture progressive des sept réacteurs qui restent entre 2027 et 2035, malgré le fait que le nucléaire soit la première source d’énergie (il a contribué à 20,39% de l’électricité en 2018) . La ministre “ la plus verte ” du gouvernement Sánchez fait la sourde oreille à la longue liste des défenseurs nucléaires, qui démontrent à quel point sa guerre est absurde, y compris: de l’ONU elle-même, par le biais de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) De nombreux experts en géostratégie et aussi d’autres en matière d’énergie, les employeurs du secteur en Espagne (Nuclear Forum), Nieh lui-même, et même le visionnaire Negroponte ou les Verts. Tout le monde est convaincu que cela peut être une solution dans la lutte contre le changement climatique, sauf lui.

Depuis plus d’une semaine, certains constructeurs automobiles (Volvo, PSA, Tesla, Renault et Daimler) publient leurs résultats pour le troisième trimestre et donc pour les neuf premiers mois, où il y a eu un peu de tout. Dans le cas du secteur automobile espagnol, qui emploie environ 2,3 millions de personnes, il y a de la joie, car la production (+ 17,2%) et l’exportation (+ 21,1%) ont également augmenté en septembre, selon l’Association nationale des constructeurs d’automobiles et de camions (ANFAC).

Plus précisément, la fabrication est passée à 234 102 unités et 195 709 ont été exportées, de bons chiffres qui viennent des semaines après que les ventes ont été connues, qui ont bondi de 18,3% à 81 751. Et au cours des neuf premiers mois dans leur ensemble, la production a augmenté de 2% pour atteindre 2,2 millions de voitures; et l’exportation n’a diminué que de 2,2%, à 1,73 million d’unités; tandis que les inscriptions ont accumulé une baisse de 7,4%.